mardi 4 avril 2017

Luna de Ian Mc Donald (traduit par Gilles Goullet)

Présentation de l'éditeur : 2110. Sur une Lune où tout se vend, où tout s’achète, jusqu’aux sels minéraux contenus dans votre urine, et où la mort peut survenir à peu près à n’importe quel moment, Adrianna Corta est la dirigeante du plus récent des cinq «Dragons», ces familles à couteaux tirés qui règnent sur les colonies lunaires. Elle doit l’ascension météoritique de son organisation au commerce de l’Hélium-3. Mais Corta-Hélio possède de nombreux ennemis, et si Adrianna, au crépuscule de sa vie, veut léguer quelque chose à ses cinq enfants, il lui faudra se battre, et en retour ils devront se battre pour elle… Car sur la Lune, ce nouveau Far West en pleine ruée vers l’or, tous les coups sont permis. Développé en série télé par CBS, souvent comparé à Game of Thrones à cause de la brutalité de ses intrigues, récompensé par le Gaylactic Spectrum Award 2016, Luna est le premier volume d’une trilogie.




Quand je vous disais....


Quand je vous disais il y'a quelques chroniques qu'en matière de littérature de l'Imaginaire, et là, je parle plus spécifiquement de la Science Fiction qu'on pouvait se considérer gâté en France car les Editeurs sont là pour nous enrichir. J'ai envie de vous faire mon air, mais en matière de traduction de Science Fiction. Et pas de la petite SF, de la grosse Science Fiction qui tache, qui vous fait réfléchir et qui vous fait penser que vous devez absolument tout réapprendre. Et bien vous allez chez les Editions Denoël.

Je pensais qu'avec les derniers titres, j'avais touché le haut du panier. Mais ici, je retrouve absolument tout ce que j'aime et je dois dire (et je pèse mes mots) que je ne me suis pas autant creusé la tête depuis Illium et Olympos de Dan Simmons. C'est vous dire. Alors, je vous donne mon avis final sans préambule et avec les remerciements pour la Maison d'Edition Denoël : Si vous voulez du caviar de la Science Fiction. Et bien vous lisez Luna et vite fait. Parce qu'il y a deux autres tomes qui vont débarquer je ne sais quand d'ailleurs et il serait plutôt de bon ton de nous lire tout ça.


De la Science Fiction sociologique

Je vous vois venir avec vos petits nez musqués. C'est comme Fondation ? (de Asimov). Non messieurs, on ne regarde pas une civilisation à travers des millénaires, on regarde la situation sur la Lune, nouvelle terre conquise, au travers de sa société. Qui dit nouvelle terre conquise dit mentalité du Far West. Mais en plus moderne, on ne flingue pas à tout va. On achète et on vend absolument tout. Son corps, son air, son eau, sa bouffe, son Intelligence artificielle qui te permettra d'avoir du boulot. Si tu n'as pas les relations sociales qu'il faut, la société te recyclera et sans état d'âme.

Et comme la société est dure, on voit apparaître 5 grandes familles toute puissantes. Or, au début du roman, il y a un attentat contre une des 5 familles. Je vous laisse imagine juste un peu les intrigues qui vont en découler, et je vous laissera là pour que vous puissiez absolument tout découvrir par vous même.

Encore un mot toutefois : l'auteur a réussi à créer son univers. C'est un fait. Mais son vocabulaire, son mode de pensée. Absolument tout et tout ceci dans une écriture qui est loin d'être lourde. Cela se lit tout seule, on n'ajoute pas certaines lourdeurs dans le récit en plus de l'intrigue inextricable.

Alors qu'attendez vous ? Allez moi lire tout ça ;)


mardi 21 mars 2017

Marquer les ombres de Véronica Roth




Présentation de l'éditeur : Dans une galaxie dominée par une fédération de neuf planètes, certains êtres possèdent un “don”, un pouvoir unique. Akos, de la pacifique nation de Thuvhé, et Cyra, soeur du tyran qui
gouverne les Shotet, sont de ceux-là. Mais leurs dons les rendent, eux plus que tout autre, à la fois puissants et vulnérables. Tout dans leurs origines les oppose. Les obstacles entre leurs peuples, entre leurs familles, sont dangereux et insurmontables. Pourtant, pour survivre, ils doivent s’aider – ou décider de se détruire
.







Pour le coup, pas du tout un coup de coeur !

Lors de notre écoute mensuelle avec Melcouettes, on avait des exigences hors du commun : une écoute qui ne faisait pas 35 heures. Car Blood Song a été superbe mais il faut avouer que cela nous a pris un peu de temps. Le nouveau Veronica Roth venait de sortir, on avait bien aimé la saga Divergent. Bref, cela semblait être le combot gagnant.

Et bah non. Pas du tout. Alors le côté science fiction m'a plu. L'univers pouvait être alléchant car, on parlait de quelque chose avec des pouvoirs, une civilisation qui voguait sur des vaisseaux spatiaux, des dons.... Bref,  mon enthousiasme du départ est tombée comme un soufflet parce que : la soeur a un don complètement mortel, et elle est manipulée par son frère tyran (qui est un petit c** cela dit en passant).

Entre nous, qu'est ce qui empêche quelqu'un de martyrisé et victime d'un chantage qui possède un don mortel d'au moins organiser une résistance par rapport au despotisme de son frère ? Bah il faut attendre qu'elle est rencontré un gars comme de bien entendu !


Heureusement, la fin remonte un peu le niveau

Enfin un peu parce que bon. Ce roman est pour les ados mais faut pas non plus les prendre pour des buses. Ce roman est bourré de clichés. Et l'univers n'est pas si creusé que cela au final. On n'a pas tous les tenants et les aboutissants de l'univers, la mythologie n'est pas aussi développé que cela. Cette lecture a été longue pas en temps mais en patience !

En bref, j'ai été extrêmement déçue, j'ai l'impression que ce roman a été sorti un peu à la va vite. Les intrigues ne sont pas réellement développées et les réactions de nos héros sont plus que prévisibles. Au mieux j'ai été un peu divertie mais j'avoue réellement que j'ai été très contente qu'il soit terminé. Tout simplement.

The Paper Magician, tome 1 de Charlie N. Holmberg

Présentation de l'éditeur : C'est le cœur brisé que Ceony Twill, 19 ans, débarque chez le magicien Emery Thane. Sortie major de sa promotion à l'école Tagis Praff, elle se voit contrainte d'embrasser la magie du papier, elle qui rêvait de travailler le métal. Or une fois qu’elle sera liée au papier, matériau qu’elle dédaigne, elle sait que c'est pour le restant de sa vie. Dès le début de son apprentissage chez l'excentrique mais si charmant Emery, Ceony découvre un monde merveilleux qu'elle ne soupçonnait pas : animer des créatures de papier, donner vie à des récits grâce aux images qui les illustrent, prédire l'avenir… Mais son bonheur se ternit quand elle se trouve confrontée aux dangers de la magie interdite. Une Exciseuse - pratiquant la magie noire liée à l'élément de chair - attaque le magicien et lui arrache le cœur avant de s'enfuir avec son précieux butin. Pour le sauver, Ceony devra affronter l'horrible sorcière assoiffée de sang et se lancer dans un périlleux périple qui la mènera dans les méandres du cœur de son mentor dont elle va découvrir les lourds secrets.


Une vraie bonne surprise !

J'avoue avoir pris cet ebook sur un coup de tête. C'était une promo sympa et un système de magie que je ne connaissais pas. Et puis en revenant un peu dessus, après mon achat, j'ai tiqué. Ca sentait la romance, le roman initiatique par excellence et là de suite, je me suis dit que cela allait être bourré de clichés. Mauvaise pioche vous allez dire, au bout d'un moment. C'est donc en trainant un peu des pieds que j'ai commencé la lecture.

Et je n'ai pas vu passer les pages. Le système de magie et la relation entre les deux (le maître et l'apprenti) sonnait juste, enfin de compte. Et j'ai été complètement happée par l'histoire. Peut être pas tout de même comme une grosse pointure de la fantasy qui tache mais réellement comme un bon petit roman de fantasy. Une très belle découverte qui me dit que je lirai le tome 2 à sa sortie. Notez toutefois aussi qu'il est sorti en version audio si vous aimez suivre des aventures assez légères en audio. Ce n'est pas prise de tête et si les éditions ont choisi les bons narrateurs, cela pourra réellement être un vrai plaisir d'écoute !


Un système de magie qui donne envie de se remettre à l'origami.

Vu comme ça, la magie de papier n'a pas l'air formidable et tout concorde vers cela lorsqu'on voit la présentation de l'éditeur. Mais on se rend compte qu'avec des pliages de papier, et bien on peut faire des tas de choses. Et je dois dire quelque part qu'on a grave envie de se remettre à l'origami, histoire de voir si on peut faire les pliages imaginés par l'auteur.

En bref, foncez sur cette découverte, cela peut vous mener par un moment très agréable, une belle intrigue sympa mais surtout un univers réellement chouette. Vous pouvez être sûrs qu'en Mai, lors de sa sortie, je lirai le tome 2 afin de voir comment évolue les relations entre maîtres et apprentis.

lundi 20 mars 2017

La reine Liberté, tome 3 : L'épée Flamboyante de Christian Jacq

Présentation de l'éditeur : Au nord, les barbares Hyksos règnent toujours avec une brutalité maintenant décuplée, alors que la reine Ahotep a reconquis uen grande partie du sud: son mari d'abord, tué au combat; puis on fils aîné, Kamès, mystérieusement empoisonné... Ahotep refuse une nouvelle fois d'être couronnée pharaon et prépare son second fils, le jeune Amosé, à prendre le pouvoir. Cependant, grâce à elle, les Egyptiens sont prêts pour le derniere bataille. Ils assiègent Avaris, la capitale des Hyksos, plus rien ne peut les arrêter. Apres cent ans d'occupation et des milliers de morts, l'Empire va enfin renaître de ses cendres, grâce au courage et à la détermination d'une femme! Sans la reine Ahotep, la Vallée des Rois n'aurait plus existé, L'Egypte n'aurait pas connu la période de splendeur que fut le Nouvel Empire, ni les plus glorieux de ses pharaons, parmi lesquels Ramsès le Grand.






Comme toujours un régal

La reine liberté faisant partie d'une de mes sagas chouchous étant adolescente et j'avais vraiment envie de vous la partager. Aussi, lorsque j'ai attaqué le tome 3, j'étais à fond les manettes. Sans trop vous en dévoiler et je vais me redire sur Christian Jacq. Lorsque vous désirez vous culturiser sur la période Egyptienne, c'est le mec de la vulgarisation historique à voir. Alors certes, c'est romancé juste pour nous rendre les choses sympas, on est d'accord. Mais comme base pour vos petites recherches personnelles, c'est une véritable mine d'information.

Ici, mine de rien, on a l'instauration de la Place de la vérité, vous avez tout une partie sur les installations militaires des Egyptiens mais aussi des Hyksos (et donc, l'émergence du char dans la machine de guerre, ce qui n'était pas rien à l'époque). Vous avez tout ce qui concerne la vie intime mais aussi culturelle et artisanale de l'Egypte Antique. Et tout ceci dans une histoire pleine de suspense

Entre construction de personnages et littérature.

Oui, on a des personnages qui sont tout de même idéalisés. On se rend bien compte que c'est romancé et voire que parfois c'est un peu too much. Mais croyez moi que le méchant de la fin, vous ne le devinez pas de suite. Et puis parfois, il faut savoir ne pas être trop tatillon et accepter de lâcher prise sur tout cela pour vous embarquer dans un voyage de folie.

C'est cela Christian Jacq. Et c'est cela la Reine liberté. Ce mec a été un écrivain un peu féministe avant l'heure parce qu'il nous a pondu des héroïnes fortes, qui n'ont pas besoin de leur mec, de leur roi ou tout autre personnage masculin pour évoluer. Et si vous regardez attentivement dans ses autres sagas, vous retrouverez toujours ces mêmes schémas. Alors lisez moi tout cela, laissez vous rêver et assistez à l'émergence de la grande puissance Egyptienne ! 

Dexter, tome 2 Dexter revient ! de Jeff Lindsay





Présentation de l'éditeur : Voici notre cher Dexter - expert judiciaire de la police de Miami le jour, tueur en série la nuit - doublement menacé. D'un côté le sergent Doakes, insensible à son apparence de gentleman, traque le "Passager Noir", l'autre moi sanguinaire et justicier de Dexter. De l'autre, un psychopathe particulièrement pervers laisse Dexter sans voix alors que son appétit meurtrier se réveille. Lequel de ces monstres rattrapera l'autre le premier?








Dexter découvre une vie sans son passager noir ?

Le sergent Doakes tente par tous les moyens de suivre Dexter, ce qui pose un problème à notre passager noir préféré. Il est en pleine période de sevrage forcé ! Aussi, Dexter décide de s'intéresser à Rita, sa petite amie. Oui, je sais, il faut bien s'occuper. Il découvre les joies de la vie en couple, ce qui lui réserve d'ailleurs quelques surprises. Il découvre aussi la joie d'éduquer des enfants puisque les enfants de Rita développent une réelle relation avec Dexter.

Je dois dire que, étrangement, c'est ce qui rend cette intrigue bizarre. D'une part, on voit Dexter faire autre chose que de traquer du méchant, ce qui apporte de la profondeur au personnage d'ailleurs. Et on le voit trouver une occupation autre que tuer des gens.

Dexter dans la résolution d'un meurtre ?

Alors oui, mais Debra lui demande de l'aider à résoudre une enquête (pour la faire courte). Et Dexter sort de sa zone de confort pour trouver le responsable de ce meurtre sans pour autant en fin de compte le tuer. Et c'est ce qui nous fait dire qu'il est extrêmement doué dans la résolution de ces conflits.

On voit aussi Dexter évoluer dans le rôle de beau père. Il se compose sa tribut grâce aux enfants de sa petite amie. on le voit s'intéresser à autre chose qu'à lui et y dépenser toute son énergie. Il s'investit pour que un enfant en particulier soit éduqué dans la bonne voie. Celui de son père : Harry. Et cela nous fait dire qu'il grandit quelque part. De jeune homme qui va pour accomplir ses désirs propres, on voit poindre un animal social en devenir. Cela promet de belles choses pour le tome 3

vendredi 3 mars 2017

Héros de l'Olympe, tome 5 : le sang de l'Olympe de Rick Riordan

Présentation de l'éditeur : Bien que les membres de l'équipage grecs et romains de l'Argo II ont fait des progrès dans leurs nombreuses quêtes , ils semblent toujours pas près de vaincre la mère-terre, Gaia . La force de ses géants a augmenté et ils sont plus forts que jamais . Ils doivent être arrêtés avant la fête de Spes , quand Gaia prévoit d'avoir deux demi-dieux sacrifiés à Athènes . Elle a besoin de leur sang -le sang de l'Olympe - afin de se réveiller . Les demi-dieux ont des visions de plus en plus fréquentes d'une terrible bataille a la colonie des Sang-Mêlé . La légion romaine du Camp Jupiter , dirigée par Octave , est presque à distance de frappe.Bien qu'il soit tentant de prendre l'Athéna Parthénos à Athènes pour l'utiliser comme une arme secrète , les amis savent que l'immense statue doit aller à Long Island, où il pourrait être en mesure d'arrêter une guerre entre les Grecs et les Romains. L' Athéna Parthénos ira à l'ouest ;l'Argo II ira à l'est . Les dieux , souffrant encore du trouble de la personnalité multiple, sont inutiles . Comment une poignée de jeunes demi-dieux peut espérer gagner contre une armée de puissants géants ? Parce qu'ils n'ont pas d'autre option.option. Ils ont déjà trop sacrifié. Et si Gaïa se réveille il y a intérêt à ne pas perdre la bataille...




Encore et toujours, un grand final !

Oui, je sais, tout ça pour une grosse bataille finale qui pète mais j'avoue que j'en suis une grande cliente. C'était super, même si on a dû clairement ronger notre frein dans l'intrigue et qu'on aurait bien mis deux ou trois baffes à certains. Parce que, au risque de vous décevoir, nos héros ne sont pas parfaits et je vais enfoncer une porte ouverte en vous disant que c'est surtout pour cela qu'on les aime. C'est vrai, un héros parfait, c'est mignon c'est sympa mais cela prend vite le melon. Dans les Héros de l'Olympe, ils se plantent, ils font des bêtises parfois et même qu'ils ont de l'humour. Mais on sent que, quelque part, ils font de leur mieux. Et c'est pour cela qu'on est prêts à les soutenir

Et donc, cinquième tome, qui veut dire résolution de toutes les intrigues. C'est là qu'on va aussi verser nos petites larmes et c'est là où notre mâchoire va régulièrement se décrocher. Sinon on ne peut que souligner le talent de Rick Riordan pour nous donner des scènes épiques digne d'une belle séquence de cinéma. Avec lui, on visualise parfaitement la scène et c'est juste un régal


Des demi dieux qui grandissent

Avec la fin de ce cinquième tome, on quitte déjà l'adolescence pour entrer dans la vie des jeunes adultes. Nos héros ont des projets pour l'avenir et je dois dire que cela fait chaud au coeur. En effet, il y a des projets personnels comme les études, la vie en couple mais on sent chez eux, dans leur visions de l'après quête si j'ose dire, une réelle volonté de réformer les camps des demi dieux, voire de révolutionner et d'améliorer l'oeuvre de leurs parents. On est loin du tout début des sagas où en gros, les dieux font des complots et les héros viennent les aider inlassablement. Ou ils se rebellent contre leurs parents.

Ici, nous avons de jeunes gens qui, même s'ils ne continuent pas foncièrement l'oeuvre de leur parents à chaque fois, ou montrent un peu leurs position rebelle en rejetant tout, on a donc de jeunes gens qui, avec le bagage que leur a offert leurs parents, vont affirmer leurs identités et construire une nouvelle vie.

Sur ce, je vous laisse. J'ai hâte de commencer une autre saga de cet auteur dans le même univers of course :)

mardi 28 février 2017

Mes vrais enfants de Jo Walton (traduit par Florence Dolisi)



Présentation de l'éditeur : Née en 1926, Patricia Cowan finit ses jours dans une maison de retraite. Très âgée, très confuse, elle se souvient de ses deux vies. Dans l’une de ces existences, elle a épousé Mark, avec qui elle avait partagé une liaison épistolaire et platonique, un homme qui n’a pas tardé à montrer son véritable visage. Dans son autre vie, elle a enchaîné les succès professionnels, a rencontré Béatrice et a vécu heureuse avec cette dernière pendant plusieurs décennies. Dans chacune de ces vies, elle a eu des enfants. Elle les aime tous… Mais lesquels sont ses vrais enfants : ceux de l’âge nucléaire ou ceux de l’âge du progrès? Car Patricia ne se souvient pas seulement de ses vies distinctes, elle se souvient de deux mondes où l’Histoire a bifurqué en même temps que son histoire personnelle.




Ce livre est une référence en lui même

Vous connaissez sûrement ce genre de personnes qui disent que non, la science fiction n'est pas pour eux. Parce que c'est un truc de geeks qu'ils n'aiment pas les vaisseaux spaciaux. Bref, on ne va pas entamer ensuite le débat sur lequel Star Wars est en fait une saga de fantasy sinon je vais vous perdre définitivement. Puis, il y a ce genre d'auteures, comme Jo Walton, qui peuvent vous aider tout simplement à découvrir de nouveaux styles littéraires. Qui peuvent vous aider presque de manière magique à vous faire sortir de vos sentiers battus.

Souvenez vous dans mes chroniques de la saga du Subtil changement où je vous ai décrit à quel point la dystopie pouvait être suivie par tous. Et que pour entamer des gros titres qui tachent (mais tout aussi passionnants) comme le Maître du Haut Château où la dystopie prend tout son sens. Avec cette saga, vous aviez la version light où l'intrigue policière puis politique prend le pas sur le monde dystopique. Ce qui vous permet de découvrir ce genre de romans bien particuliers mais sans non plus être trop désorienté.

Ici, avec mes vrais enfants, vous découvrez la science fiction, les réalités alternatives, de manière douce mais ô combien passionnante.


Le postulat est simple : vos choix influencent tout

On part du principe où l'héroïne, Patricia, fait un choix à un moment donné : celui d'épouser ou non son petit copain du moment. Et selon son choix, elle deviendra dans le récit Pat ou Tricia parce que figurez vous que cette femme, à la fin de sa vie, se souvient de ses deux alternatives, ce qui veut dire que selon son choix, elle aura un nombre d'enfants différent. Et vous me direz que cela devrait être en gros la seule grosse différente parce que c'est la vie d'une femme ordinaire, une femme qui a eu une vocation d'enseignante dans l'Angleterre d'après guerre. Et point barre.

Sauf que ce choix simple va changer subtilement tout le monde entier. Ce qui rend la théorie de notre destinée à tous tellement plus intéressante, ne trouvez vous pas ? Selon son choix, elle va changer radicalement de vie, mais aussi de personnalité. Ses actions n'auront pas le même poids. Quant à la morale, l'auteure ne prend pas réellement position car elle nous laisse le choix aussi de préférer une vie plutôt qu'une autre.

En bref, si vous n'aimez pas la science fiction, peut être aimerez vous Jo Walton. J'ai déjà fait l'expérience de la faire lire à des amis qui n'aimaient pas ce genre, et croyez moi, ils ont tous adoré. Un grand merci aussi aux Editions Denoël pour nous faire découvrir cette auteure. C'était réellement un roman magique.