mardi 16 octobre 2012

La dame pâle d’Alexandre Dumas











Présentation de l’éditeur : Au cœur des Carpathes dans le sombre château de Brankovan, les princes Grégoriska et Kostaki s'affrontent pour conquérir la belle Hedwige.











Un voyage dans le temps et les Carpathes


Cela fait quelques mois que je me dis qu’il faut que je relise mes Classiques. Comment vous dire, j’aime beaucoup les classiques (et ce depuis toute petite) et j’aime beaucoup les vampires (j’ai une somme de livres incalculables sur eux depuis que j’ai découvert Anne Rice). Un challenge a été donné, et je me suis dit que cela me donnerait plus que l’occasion d’assouvir mes envies du moment. Je me suis donc jouée au jeu de la bibliothécaire en recherchant des ouvrages un peu viellot sur mon thème de prédilection. Et qu’elle n’a pas été ma surprise en découvrant qu’Alexandre Dumas (que j’ai beaucoup aimé avec les Trois Mousquetaires) a apporté sa pierre à l’édifice. Me voici donc partie pour découvrir sa vision du vampire.

Cela ne vous donne pas envie de visiter ?
L’action se situe dans les Carpathes, ce qui nous permet de découvrir un peu la région, la situation politique et historique et les mœurs. C’est vrai qu’avec ces vampires américains qui se sont étalés sur le mythe, on n’a plus l’habitude de voyager dans la Vieille Europe. Aussi me suis-je amusée à étaler quelques cartes (les recherches internet sont mes amies) et à travers quelques petites descriptions de l’auteur et la Toile mon amie, je suis entrée en totale immersion dans ce récit.






Un récit court mais prenant

Comme je le dis souvent, cela fait du bien de relire ses classiques (comme je radote à fond en fait :p). Alexandre Dumas a choisi le mode de Narration. Car nous suivons le récit d’Hedwige qui découvre une famille composée d’une  mère et de deux demis frères. Un triangle amoureux (d’époque siou plait) se forme mais Hedwige a fait son choix. Malheureusement, l’un des deux frères meurt et Hedwige devient pâle comme la mort. Vous n’aurez donc pas un combat épique entre les deux frères concernant la belle dame (enfin si mais pas que), vous aurez surtout des différences de caractères et surtout une belle allégorie sur les péchés. On sent la morale de l’époque qui n’aimait pas les relations adultérines et qui se référait beaucoup à Dieu et à la Foi.

Autant maintenant le vampire requiert un petit côté attrayant car il est le symbole de la sexualité libérée, de la passion, de l’exaltation des sens. Autant du temps d’Alexandre Dumas, le vampire n’était ni plus ni moins qu’un suppôt de Satan qu’il fallait à tout prix combattre, détruire et renvoyer dans la tombe !

Ainsi l’évolution du mythe du vampire fut plus qu’intéressante ici car on reconnaît les origines de ces histoires. Et cela recadre un peu non ? Une lecture que je vous encourage de faire car elle est courte, pas ennuyante du tout pour ceux qui aiment les classiques et surtout qui vous en apprendra beaucoup sur ce que pensaient à l’époque les auteurs de cette bêbête suceuse de sang !





Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Fant'classique organisé par Iluze


3 commentaires:

  1. Superbe chronique ! Le livre semble vraiment intéressant. Je n'ai jamais rien lu d'Alexandre Dumas, honte à moi. Mais je suis aussi inscrite à ce challenge, et peut-être que grâce à lui, j'en aurai l'occasion ;) A bientôt !

    RépondreSupprimer
  2. Merci à toi. J'espère qu'il te plaira. J'en ai un autre pour toi en cours d'écriture :p

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer