jeudi 15 novembre 2012

La vampire de Paul Féval






Présentation de l’éditeur : Dans les rues de Paris, la rumeur grandit. Une vampire aurait pris ses quartiers en bord de Seine et serait déjà responsable de la disparition d’une centaine de jeunes gens fortunés.C’est que cette vampire-là semble autant intéressée par l’or que par le sang. Et Paris s’interroge : est-ce là le fait d’une organisation secrète ou d’une véritable goule?Loin de toute cette agitation, René et Angèle s’aiment et s’apprêtent à se marier. Mais la jeune fille se sent de jour en jour plus délaissée. Son amant en préférerait-il une autre?Sans doute pas. Pourtant quand on est le neveu du plus redoutable opposant de Napoléon, il faut se méfier des belles dames aux cheveux de jais…






Quand la forme l’emporte sur le fond….

Je ne connais pas du tout Paul Féval, donc je tenterai d’autres lectures de lui avant de vous dire si c’est caractéristique de l’auteur. Mais le style de La Vampire… Très en dent de scie. Je m’explique : vous avez une longue description avec des personnages que vous ne connaissez pas. Et après une longueur indéterminée, vous avez une scène d’action. Et paf le chapitre se finit. Donc vous vous dites : Chouette ! Ça démarre. Le prochain, j’aurai quelque chose d’intense…. Et bah non ! Vous repartez sur une longue description d’un type que vous ne connaissez pas….

Je pense que cela devait être dû au fait que je sois fatiguée. Mais là, cela n’a pas pris du tout ! J’ai ga-lé-ré ! Du coup, ma lecture fut à la limite du pénible, saccadée. Et il a fallu que je m’accroche pour m’intéresser ne serait-ce qu’aux personnages et à l’histoire. Ajoutez à cela les dialogues version vieille France (normal, c’est un classique. Mais là ça cumule !)



Une tentative de changement du mythe du vampire qui n’a pas pris.

Alors, nous sommes dans de la littérature classique et vampirique. Donc on s’attend à :
  • Un ou une vampire : OK Fait 
  •  Séduisant : OK Fait 
  •  Qui ne sort que la nuit : Non 
  •  Qui craint la religion : Non 
  •  Qui veut être seul : Non 
  •  Amoureux : OK Fait

Quoi ? Y’a du changement ? Et bien oui, Paul Féval a tenté de nous mettre une intrigue politique dans le bazard (malheureusement, cela rend le tout fouillis, enfin, encore plus que le style).  La vampire ici bat tous les codes car elle change de chevelure (en scalpant des midinettes) et charme les hommes (pour les utiliser et souvent en volant la chevelure de leur midinette). Cela se corse ! Mais ce n’est pas tout. (forcément). La madame vampire est amoureuse d’un homme politique tout en (si j’ai bien compris attention) étant marié à un autre vampire.

Waouw, c’est compliqué, avec un style ampoulé, une structure du roman qui ne m’a pas du tout plus… Si vous voulez un petit conseil, ne le lisez pas quand vous faites des heures sups. Ou pour découvrir un classique. Cela vous rebuterait à tous les coups ! En attendant, j’essaierai de me vider la mémoire de tout cela (et j’ai du mal, car je suis à la limite de la panne livresque classique).  



Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Fant'classique organisé par Illuze  


Mais aussi dans le cadre du Challenge Pal Cold Winter 2012




1 commentaire:

  1. Aïe, j'ai ce roman dans ma PAL mais ton avis ne me donne pas du tout envie de l'en sortir !
    Il n'était pas une priorité en soit, donc je pense qu'il prendra un peu la poussière avant que j'arrive à ne pas me noyer sous la tonne de bouquins qui m'attendent avant ^^

    RépondreSupprimer