mercredi 19 décembre 2012

Le Cercle de Pierre de Diana Gabaldon





Tome 1 : le Chardon et le tartan



Présentation de l’éditeur : Au cours d'une promenade sur la lande, elle est attirée par des cérémonies étranges qui se déroulent près d'un menhir. Elle s'en approche et c'est alors que l'incroyable survient : la jeune femme est précipitée deux cents ans en arrière, dans un monde en plein bouleversement ! 1743. L'Ecosse traverse une période troublée. Les Highlanders fomentent un nouveau soulèvement contre l'occupant anglais et préparent la venue de Bonnie Prince Charlie, le prétendant au trône. Plongée dans un monde de violences et d'intrigues politiques qui la dépassent, Claire ne devra compter que sur elle-même pour surmonter les multiples épreuves qui jalonnent ce formidable voyage dans le temps. Elle connaîtra l'aventure et les périls, l'amour et la passion. Jusqu'au moment crucial où il lui faudra choisir entre ce monde palpitant qu'elle aura découvert et le bonheur qu'elle a connu et qui, désormais, lui paraît si lointain...





Il était une fois, dans une période lointaine…..

Claire, une femme des années 1945 part en Ecosse pour se retrouver avec son mari, après la Seconde Guerre Mondiale. Elle aime beaucoup ce pays et parcourt la lande à la recherche de plantes. Au cours d’une de ces promenades, elle se fait happée par une force étrange, près d’un menhir…. A son réveil, quelle ne fut pas sa surprise de se retrouver au beau milieu d’une bataille … Quelques 200 ans plus tôt !  Au cours de ses péripéties mouvementées elle rencontre Jaime avec qui elle tissera des liens très forts. Mais va-t-elle pouvoir s’acclimater à cette nouvelle vie ?

Alors là…. Je dois dire que j’ai adoré le concept. Et c’est ce qu’il m’avait poussé à postuler sur ce livre sur la Masse Critique de Babelio (encore merci à eux d’organiser ces organisations car je pense que jamais je n’aurai sauté le pas sans eux). Et quand j’ai reçu ce livre… Mazettes ! Un énoooooooorme pavé avec des feuilles toutes fines. Une police de caractère toute petite et moi qui a un sursaut de travail pour le mois de Novembre- Décembre (et donc moins de temps pour lire). Une mademoiselle CandyShy passait aussi par là. Et ni une, ni deux, nous nous motivons, nous calons nos agendas et ce fut parti pour une semaine de folie livresque avec ce tome 1 ! Aussi, pour tous ceux qui ont peur du volume : sincèrement, foncez le lire quand même ! Cela se lit très facilement et l’auteur vous tient tellement du bout de sa plume que vous ne savez plus comment vous vivez, où vous vivez, à quelle époque vous vivez et cela dure presque 700 pages ainsi (et encore, je n’ai pas vu les autres tomes)

Et pourtant, encore, il n’y a pas que le volume qui m’a effrayée. En effet, plus je regarde le descriptif, plus je vois un mot qui me plait et l’autre qui me fait frémir… Brrrr. Romance. Alors, pour ceux qui me connaissent un petit peu, question livre. J’ai énormément de mal avec les parties romance des livres. Je ne sais pas. Je dois être trop cynique, trop acide. Mais je trouve que tout ceci manque cruellement de naturel, de crédibilité, de… J’ai du mal. Et là avec le Chardon et le Tartan, je me suis totalement imprégnée de cette histoire entre Claire et Jaime que j’ai trouvé successivement drôle, touchante et profonde.



Des personnages aboutis et profonds.

Le Chardon et le Tartan, c’est au-delà de l’histoire, des personnages complets. Et c’est pour cela que je vais m’arrêter un peu dessus.

Tout d’abord, nous avons Claire : un bout de femme détonnant qui en a vu des dures (elle était infirmière pendant la Seconde Guerre Mondiale donc vous imaginez un peu le bazar). Et je dois dire qu’elle détonne déjà pour les années 1945, ce qui est compréhensible. En effet, souvenez-vous bien. Pendant la guerre, les femmes ont dû devenir indépendante, leur mari, père, frère, tout cela partis au front. Ainsi, on a vu des femmes qui ont commencé à s’engager (dans la Résistance et dans les métiers médicaux  mais aussi et surtout dans les usines, dans les champs tout simplement pour pouvoir manger). Et donc, lorsque la Guerre fut terminée, il était hors de question de revenir au rôle de la femme modèle tirée à quatre épingles et obéissant tout le temps à leur mari. C’est le cas ici avec Claire : elle incarne la femme moderne européenne typique. Mais voici qu’elle atterrit deux cent ans avant notre époque ! Par sa modernité, je pense qu’on la prendra pour un peu de tout (y compris et surtout à cause de son look pour le plus vieux métier du monde, séquence très drôle dans le livre). Au lieu de se plier totalement aux règles, elle montre que par sa différence, la femme peut tout aussi bien vivre librement (avec plus ou moins d’arrangements, vous le verrez dans l’histoire) quelques centaines d’années plus tôt. Ainsi donc, Claire est in dubitativement l’image même de la femme moderne, celle qui fait bouger les choses, et donc celle qui sera nécessaire dans tout le déroulement de l’histoire.

Ensuite, nous avons Jaime, une espèce de vagabond, qui ne ressemble à rien (avec ses cheveux roux) et qui a son caractère et ses idées arrêtées (normal, c’est un homme de deux cents ans). Je m’attendais à voir débarquer une espèce de Tarzan, ou un petit midinet un peu précieux (pour pouvoir se soumettre). Mais il n’en fut rien. Jaime n’est pas du tout un personnage secondaire mais il fait bien partie du duo de personnages principaux, envolant grâce à son caractère bien trempé les plus grands chefs de clan écossais ainsi que les capitaines anglais (ceux qui auront lu  comprendront de suite). Et bien non ! Malgré sa jeunesse, et son ancienneté en matière de modernité féminine, je me suis aperçue que Jaime était profondément moderne, voire un peu paternaliste (mais pas dans le mauvais sens). C’est un grand seigneur, non pas par les titres mais par sa prestance naturelle.  N’allez pas non plus penser que je suis totalement d’accord avec lui, j’ai eu envie de l’étriper plusieurs fois. Quelle tête de mule celui-là ! Mais franchement, les scènes où il se retrouve dans un étendue d’eau glacée ont été pour moi une pure jouissance (sadique).



Une histoire dans l’Histoire.

Ce qu’il y’a de profondément magique dans le Cercle de Pierre, enfin (oui car tout est magique dans ce livre) c’est la faculté qu’a eue Diana Gabaldon à nous raconter les Highlands, il y’a deux cent ans. Je pense que je suis beaucoup plus apte à papoter des us et des coutumes de l’époque, de comment on voyait les femmes, la situation politique des chefs de clan et leurs importances, la médecine de l’époque, et les hiérarchies des familles. Oui, oui, tout cela dans un roman (que dis-je ? Dans une romance !) Après quelques discussions endiablées non seulement avec ma binôme, Candyshy mais aussi, au cours d’une soirée surprise avec la maman d’un ami, je me suis aperçue que cette saga allait aussi me servir à explorer une région et une histoire qui me sont totalement inconnus !

Et oui ! Le Chardon et le Tartan, ce n’est pas seulement une romance, ce n’est pas seulement  le feu de l’action des batailles, mais c’est aussi des évènements historiques, des descriptions de paysages à vous couper le souffle et la description de la vie quotidienne des gens de l’époque. Et là j’ai envie de dire que c’est sensationnel ! Tout d’abord, on ne sent pas du tout les longueurs des descriptions. Elles passent de suite, ne semblent ni accessoires, ni lourdes, ni lentes. Elles s’accordent parfaitement dans le rythme du roman. Ensuite, on ne s’embrouille pas du tout dans le récit. Certes, on a des éléments de ce qui s’est passé, mais surtout au niveau de ce que l’on savait à l’époque ! Ainsi, on découvre en même temps que les personnages ce qui se passe et on visite en même temps qu’eux les contrées écossaises.



En conclusion…

Et oui, cela avait l’air d’un coup de cœur, cela sentait le coup de cœur et c’est un coup de cœur ! Je suis très très heureuse d’avoir lu ce roman. Vraiment ! Et je continuerai la saga. Je tiens à remercier le plus chaleureusement du monde les Presses de la Cité pour avoir fait cette réédition juste sublime.  Que ce soit dans le contenant que dans le contenu, Le Chardon et le tartan est extrêmement riche et … Regardez par vous-même la longueur de cette chronique, et imaginez ce que je pourrai dire de plus si j’avais l’occasion de vous raconter l’histoire ! Rien que le premier tome est complet, abouti, et j’ai hâte de voir la suite. C’est un livre qui vous permettra de voyager dans le temps et dans l’espace. Je ne peux que vous le recommander. Il est Ma-gni-fique ! (Et c’est une romance !)


Pour la chronique de Candy Shy, c’est par là





Le Tome 2 : Le Talisman



Présentation de l’éditeur : 1968. A la mort de son mari, le docteur Claire Beauchamp-Randall emmène sa fille en Ecosse, sur les lieux mêmes où, vingt ans plus tôt, elle a vécu d'extraordinaires aventures... Là, elle révèle à Brianna l'incroyable secret qu'elle n'a jamais dévoilé depuis qu'elle fut retrouvée inanimée auprès d'un menhir, dans un ancien site mégalithique, après trois années d'une absence inexpliquée. Ce second volet des aventures de Claire Beauchamp à travers l'Histoire entraîne le lecteur dans le Paris du siècle des Lumières. Après avoir fui l'Ecosse où ils sont devenus hors-la-loi, Claire et Jamie, le jeune Highlander qu'elle a épousé, gagnent la capitale française à la rencontre de Charles-Edouard Stuart, le prétendant au trône d'Ecosse et d'Angleterre, venu solliciter l'appui de son cousin Louis XV Leur objectif : décourager ses tentatives d'accession au trône qui, Claire le sait, marqueraient à coup sûr le début d'une répression sanglante dans les Highlands. Le couple se lance alors dans une course effrénée pour modifier le cours de l'Histoire. Pour cela, il devra affronter un monde sans pitié où il ne pourra compter que sur lui-même et la force de son amour avant de découvrir, à ses dépens, qu'on ne joue pas impunément avec la destinée humaine.




Un crescendo très éprouvant.

Que dire d’autre ? Diana Gabaldon ne nous aura rien épargné et j’ai l’impression qu’elle n’est pas contente s’il n’arrive pas un truc horrible à chacun de ces tomes. J’appréhendais donc le tome 2. Et il arriva bien quelque chose de terrible et d’affreux à nos pauvres amoureux du temps. Et le pire, c’est que je n’arrive pas à être excédée. Bien au contraire. L’auteure a su créer chez moi (et je le pense chez moults lecteurs et lectrices) une espèce d’empathie avec Claire et Jamie. Elle vous tire littéralement non pas par les yeux mais par le cœur. Car on ne souhaite qu’une chose, c’est que tout se passe bien pour eux. Mais à chaque aventure, on se retrouve dans une situation inextricable dont on se demande comment ils vont faire pour s’en sortir !

Les évènements s’enchaînent aussi car ils se passent dans deux endroits : En France, où Jamie et Claire doivent assurer leur mission et rencontrer le roi de France. Et en Ecosse où Claire va tenter de retrouver les détails des évènements historiques pour éviter un massacre.



Des personnages adorables.

Il y a toujours ces débats sur les incidences dans l’Histoire, si on en change le cours et on peut dire l’effet papillon traité dans maints livres. On découvre les descendants des uns et des autres, et surtout la personnalité de personnes historiques que l’on ne connaîtrait peut être jamais. Allez savoir. Aussi bien entendu, je suis restée très attachée à Claire et à Jamie, qui est un couple que j’adore. Claire est déterminée, même blessée au plus profond de son être, elle se relève toujours et a une fois sans bornes envers son mari. Jamie a l’air d’un rustre écossais mais c’est un homme bon, intelligent, très fin et aussi très ouvert d’esprit. On a envie d’en avoir un à soit de Jamie (n’est-ce pas ?)

Mais il y’en a une autre que j’ai particulièrement apprécié dans ce tome ci : Mary. Je ne vous dirai absolument pas le rôle qu’elle a joué dans cette histoire vu que c’est un personnage secondaire. Mais cette jeune demoiselle a un quelque chose d’héroïque. Elle paraît chétive, comme cela. Mais elle est dotée d’une force tranquille qui lui permet d’affronter elle aussi des choses qui paraissent très dures pour une jeune fille de l’époque.

En bref, j’ai adoré les retrouver. J’ai adoré trembler pour eux, et j’ai adoré leur humour. C’est de l’historique qui ne se prend pas la tête. Et la puissance entre les deux mouvements (la romance et l’historique) sont ici particulièrement respectés. C’est une saga qui voue cloue le cœur. Et le pire, c’est que vous ne demanderez que cela !


Ce livre a été lu dans le cadre du challenge New Pal 2013 organisé par Yukarie


Mais aussi dans celui de Saga en folie organisé par Galleane et Crou(p)ton


 

Tome 3 : Le voyage



Présentation de l'éditeur : Vingt années se sont écoulées depuis le périple de Claire Beauchamp-Randall dans l'Ecosse du XVIIIème siècle. Si l'infirmière britannique a refait sa vie depuis, le souvenir de Jamie Fraser et des années tumultueuses vécues ensemble reste intact. Aussi, lorsqu'elle apprend qu'il a survécu à la sanglante bataille de Culloden, elle décide de remonter une nouvelle fois le temps.
A peine réuni, le couple est emporté dans des aventures palpitantes qui le conduisent jusqu'aux Antilles avec un groupe de contrebandiers écossais. Bravant tempêtes, pirates, maladies tropicales et magie vaudoue, Claire et Jamie découvrent la dure réalité des colonies et de l'esclavage. Mais le plus grand défi, pour l'un comme l'autre, ne sera-t-il pas de réapprendre à se connaître, après de longues années de séparation












Claire et Jamie vont devoir se battre pour se retrouver.

Le voyage porte bien son nom. Car il commence par le long voyage que fera Claire pour retrouver Jamie. En effet, Claire étant de nouveau dans le futur, il faut qu'elle puisse savoir où se trouve Jamie, est-il vivant après la bataille qu'ils ont essuyés juste avant son départ. De même pour Jamie, celui ci ne sait absolument pas quand est parti sa femme. Il pense qu'il ne la reverra jamais. Et toutefois, ce qui est magique entre eux, c'est que même s'ils refont un peu leur vie, ils gardent toujours au coin de leur cœurs comme une évidence que leur âme sœur est en vie. 

C'est d'ailleurs ce qui pousse Jamie à survivre, à prendre soin de ses hommes, à retourner près de sa sœur en se cachant constamment puis à exercer des métiers un peu obscurs. Il agit certes mais dans l'ombre. Quant à Claire, elle a tout fait pour élever sa fille puis pour devenir médecin, pour soigner plus de gens. Ensuite, dès qu'elle l'a pu, elle est partie pour rechercher Jamie au travers de l'histoire. Et dès qu'elle le retrouve, elle fait tout ce qu'elle peut, risquant sa vie, abandonnant tout pour le rejoindre.


Claire et Jamie vont devoir aussi apprendre à vivre ensemble de nouveau.

En effet, quelques années ont passé depuis qu'ils se sont déparés. Et il faut bien l'avouer, en presque vingt ans, on change énormément. Leur personnalité ont changé même s'ils n'ont pas tout à fait gagné en sagesse, je dois l'avouer. Ainsi, lorsqu'ils se retrouvent, Claire et Jamie vont devoir se raconter vingt ans de vie passée sans l'autre, mais aussi et surtout, ils vont devoir réapprendre à vivre ensemble. En effet, être amoureux fou, c'est bien, mais avec le temps, on idéalise un peu la personne que l'on aime, surtout si on ne la voit pas. Reprendre la vie au quotidien n'est pas forcément ce qu'il y a de plus facile.

Surtout avec ces deux caractères de cochon. Cela dit. C'est un véritable régal de revoir leur crépage de chignons. Ils sont adorables nos héros malgré leurs imperfections. Cela a été un réel plaisir de les retrouver (surtout avec ma Candy <3) et c'est toujours un plaisir de suivre leurs aventures. Car oui, leur destin est hors du commun. Comme toujours, Diana Gabaldon allie tous les ingrédients qu'il faut : romance, histoire, aventures, mystères.... Que du bonheur. Il n'y a plus qu'à entamer la seconde partie :)  






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire