jeudi 31 janvier 2013

Les Oiseaux et deux autres nouvelles de Daphné Du Maurier







Présentation de l'éditeur : Au cœur de la nuit, le vent d'est cingle la falaise. Entre deux rafales, des nuées d'oiseaux cognent aux vitres. Mais ce n'est pas la peur qui les précipite avec une telle force vers le monde des hommes... On retrouvera ici - et pas moins terrifiant - le récit qui inspira son chef-d’œuvre au maître de l'angoisse, Alfred Hitchcock. Dans les autres nouvelles de ce recueil, l'horreur se fait plus insidieuse, le fantastique à peine étranger au réel. Il suffit d'un pommier à forme étrangement humaine, ou d'une ouvreuse de cinéma qu'un jeune mécanicien a envie de suivre après la séance... 





Les Oiseaux

 J'ai attaqué il y a quelques temps la nouvelle des Oiseaux, de Daphné du Maurier, en me demandant si cette nouvelle n'avait pas un peu vieilli. Et bien, pas du tout. A travers ce récit d'effroi, on retrouve sous forme un peu métaphorique, l'ambiance des bombardements qu'a subit l'Angleterre pendant la Seconde Guerre Mondiale. Au début, on n'y croit pas : non il n'y aura pas de malheurs, les autorités prendront les choses en main, les infos diront ce qu'ils savent. Il y a les prudents qui survivent. Et les imprudents qui meurent. Et puis on se rend compte qu'on est seul, que le Gouvernement ne peut rien faire, ni les infos.

Petit à petit, on change de vie. D'hommes libres, on devient hommes terrés. On analyse les comportements des oiseaux (ou des ennemis plutôt), leurs habitudes, leur mode d'attaque. On se protège ainsi et on essaie de montrer que l'on n'a pas peur. Car ceux qui ont peur ne vivent plus. Et ainsi, de fil en aiguille, alors que l'attaque des oiseaux, aussi incompréhensible qu'elle soit, devient nationale, et bien, on continue à vivre, à survivre, en attendant que cela passe.

Par cette nouvelle un peu fantastique, l'auteure a su me retransmettre les émotions que l'on doit ressentir lors des attaques par bombardement. Autant une guerre de front est compréhensible car on voit la personne en face. Mais lors d'un bombardement, l'ennemi est invisible. Il n'a pas de réel raisonnement.



Le Pommier

Une nouvelle un peu triste je dois dire. Elle traite du deuil. Un homme a sa femme qui décède et voit du jour au lendemain un pommier dont la silhouette ressemble à sa défunte épouse renaître à la vie. Là on voit tout ce qu'il n'aimait pas chez sa femme, de longues années de mariage qui ont épuisé le couple. Et il retransmet toute sa haine envers ce pommier qui finira par le tuer.

C'est une espèce de mécanique du deuil qu'on voit se dérouler là. L'homme refuse petit à petit à refaire sa vie, il reste emmuré dans son quotidien. Et l'on s'aperçoit au fur et à mesure que tous ces détails qui pouvaient l'exaspérer chez sa femme étaient des qualités envers les autres. Ces deux là s'empêchaient de vivre mais vivaient ensemble. Et ils restent liés à travers cet arbre qui va s'échiner à le tuer : par le bois, par les fruits.... Il l'isole de plus en plus et finira par l'assassiner. C'est un peu l'esprit de sa femme.

Cette nouvelle est terrifiante en soit. Car la haine, les regrets, les reproches restent après la mort. Puisse jamais rencontrer cela un jour !


Une seconde d'éternité

Imaginez que vous partez en promenade et que lorsque vous revenez, votre maison n'est plus la vôtre car il y a d'autres gens dedans, personne ne vous reconnaît, votre fille a disparu.... Que s'est-il passé ? Vous sentez de suite une pointe d'angoisse venir, vous perdez vos repères... Vous tentez de savoir ce qui se passe mais tout le monde vous croit folle ! Et si vous étiez morte. Si cela fait des années que cela s'est produit? Que vous ne reconnaissiez plus votre fille qui est mariée et qui a un enfant, qui elle ne vous reconnaît plus non plus ! Vous avez là l'origine du célèbre Sixième sens. Cette nouvelle n'a pas pris une ride et vous plongera dans un état proche de l'angoisse. Car on ne peut s'empêcher de penser : Et si c'était vous ?


Ce recueil a été lu dans le cadre du challenge Fant'classique organisé par Iluze





Mais aussi dans le cadre du challenge New Pal 2013 organisé par Yukarie




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire